Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 5 (suite 3)

Publié par François d'Auberoche sur 16 Octobre 2014, 10:04am

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 5 (suite 3)
  • Que les guerriers avaient plus l’habitude de tout casser que de manier la vaisselle délicate.
  • Qu’il devait donc s’asseoir à côté des deux cuisiniers et ne pas se mettre dans les jambes de tout le monde.

Il alla donc s’asseoir à côté de Gourmand et Timide qui lui confièrent aussitôt l’importante mission de remplir leur hanap. On lui remit aussi un godet qu’il remplit et vida aussitôt, tant la chaleur était grande. Ce qui amena de la part de Timide une réflexion :

  • Maintenant que tu as fini l’amphore, tu as le droit d’aller en chercher une autre. Tu ouvres la porte d’entrée, dehors aussitôt à droite, il y a l’abreuvoir. Il est plein d’amphores. Tu en rapportes une.

Quand Galaad sortit il se rendit compte que la pluie avait cessé, la nuit était très claire, une belle nuit d’été. A la lueur de la lune il aperçut l’abreuvoir et prit une amphore. Celle-ci était glacée. Il vit que l’auge était remplie de blocs de glace entre lesquels flottaient des dizaines d’amphores. En rentrant, il prévint les nains :

  • Ça doit être la chaleur du feu, je ne m’en suis pas rendu compte, mais il fait un froid de canard, dehors. L’abreuvoir est plein de glaçons.
  • Quel niais ! éclata de rire Timide.

Gourmand, qui riait aussi, lui en expliqua la raison :

  • Mais non, il ne gèle pas. C’est de la glace de notre réserve. En hiver, nous découpons des blocs de glace sur les étangs gelés, puis nous les mettons à l’abri, dans la pièce la plus froide de la cave, avec de la paille par dessus. Cela nous permet de boire frais en été.
  • J’en avais entendu parler, dit Galaad. Mais chez nous, nous n’en avons pas besoin. Nous buvons nos boissons tièdes.
  • Même la cervoise ?
  • Surtout la cervoise ! Il faut qu’elle soit à température.
  • Vous êtes des criminels. Et la soupe, tiède aussi ? demanda Gourmand.

Ils furent interrompus par Dormeur qui vint se joindre à eux.

  • Je viens vous aider, dit-il, ils n’ont pas besoin de moi. Et vous ?
  • ça va, assieds-toi et prends un gorgeon. Tu nous tiendras compagnie, ça suffira.
  • T’es un pote, je suis vanné, ils m’ont crevé. Qu’est-ce qu’elle peut être maniaque, cette fille. Et je dois mettre les verres dans un ordre dont je ne me souviens jamais, et je dois mettre la lame du couteau tournée vers l’écuelle, et patati, et patata. Il y a des moments où je regrette le bon vieux temps d’avant son arrivée. On se fatiguait moins quand on rentrait à la maison.
  • Tu n’as pas de mémoire, mon pauvre vieux. C’est elle qui fait le ménage, les lits, lave et repasse les chemises, etc.
  • Tiens Dormeur, prends ma place, dit Galaad, je vais remplacer Timide. Depuis quelque temps il a un problème, il arrive à faire tourner carré le tournebroche.
  • Oui, je, je, sais pas ce, ce, qu’il a, dit-il d’une voix pâteuse et il se leva en titubant.
  • Bouge pas chevalier, dit Dormeur, tu es invité, c’est moi qui vais tourner à sa place.
  • D’accord, dit Gourmand, mais ne t’endors pas sinon les cochons seront brûlés. Tiens, prends un godet avant, ça t’aidera.

Et, il lui servit un bon setier de vin dans un hanap qui ne jaugeait pas loin de l’urne.[1]

  • Tu peux remplir, affirma l’intéressé, le feu, ça donne soif.
  • Bois déjà ça, on verra plus tard.
  • Tu peux me faire confiance, affirma-t-il après avoir sifflé sa coupe, à la vitesse de la lumière.
  • Bien, continua Gourmand, nous en étions où ? Ah oui, Timide va chercher une autre amphore, ça va un peu vite. Je te sers Galaad ? C’est une amphore d’une autre année, goûte et dis-moi ce que tu en penses.

Galaad, après avoir admiré la robe du Brouilly et senti ses arômes délicats, l’humait dans sa bouche, quand, sous les yeux de Gourmand horrifié, il cracha le liquide précieux. Il laissa tomber son hanap dans le foyer et plongea dans la cheminée. Il en ramena Dormeur qui, bercé par la chaleur des flammes et son petit verre, piquait un somme dans les bûches.

Il sortit en trombe avec le nain dans les bras et plongea avec lui dans l’abreuvoir pour éteindre leurs vêtements qui commençaient à brûler.

Timide, une amphore à la main, vint aux nouvelles.

  • Pourquoi vous vous baignez tous les deux, ça ne vous a pas suffi tout à l’heure ? Tout habillé en plus, vous êtes dingues ou c’est un pari ?
  • T’occupe, idiot, dit Dormeur bien réveillé, aide-nous plutôt à sortir. On est coincé.

Ils rentrèrent trempés pour subir les questions de l’assemblée qui, surprise par leur état, voulait savoir ce qui s’était passé. Blanche Neige mit fin rapidement aux explications :

  • Vite, montez vous changer tous les deux. Vous aller attraper la mort.
  • Ce n’est pas la peine, répondit Galaad, quelques minutes devant le feu et je serai sec comme de l’amadou. Je vais tourner la manivelle et cela me réchauffera encore plus.

[1] 13,182 litres. Voir en fin de livre les unités de mesure des volumes.

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 5 (suite 3)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents