Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 6

Publié par François d'Auberoche sur 20 Octobre 2014, 10:22am

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 6

Où le lecteur découvrira avec terreur l’horreur à l’état pur
et où il sera effrayé par l’action terrible que nous refusons de résumer ici.

Boudoir de la méchante reine

Château Royal

Capitale du Royaume

17 Juillet 00 heure

  • Miroir, dis-moi qui est la plus belle ?

La reine avait des insomnies. Pour la première fois depuis le départ de Blanche Neige elle se sentait vieille et laide. Que s’était-il passé ? La crise de la cinquantaine ? Elle avait besoin de savoir si sa beauté était toujours extraordinaire. C’est pourquoi elle interrogeait le génie du miroir magique.

Celui-ci apparut en baillant, visiblement de mauvaise humeur.

  • C’est quoi ? Vous avez vu l’heure ? J’étais dans mon premier sommeil. Qu’est-ce qui se passe encore ? J’espère que c’est pour une urgence.
  • Dis-moi, suis-je toujours la plus belle ?
  • Allez c’est parti ! Toujours la même rengaine ! C’est bien parce que c’est vous que je vais faire ça. Deux secondes, je lance une recherche. Attendez, j’y suis. Ah ben non. Vous allez rire, ce n’est plus vous.
  • Quoi ! Bon sang ? Qui est-ce ?
  • Comme d’habitude, c’est Blanche Neige. Ce n’est pourtant pas sorcier. Ce n’était pas la peine de me réveiller. Et encore, avec un autre maquillage et teinte en blonde, elle serait splendide.
  • Ce n’est pas possible ! Elle est morte il y a un an.
  • On vous a raconté des blagues. Elle est toujours vivante. Tenez, regardez !

Et il fit apparaître sur le miroir Blanche Neige en train de se brosser les cheveux devant sa coiffeuse. Elle était légèrement vêtue d’une chemise de nuit en soie vaporeuse qui soulignait ses formes juvéniles. Elle semblait radieuse et chantait doucement, mais faux :

  • Aujourd’hui, mon prince est venu... la, la, la, la.
  • Mais comment se fait-il ? J’avais donné des ordres. Et où est-elle ?
  • Cherchons, dit le miroir, en faisant apparaître les différentes pièces de la maison des nains.

L’on vit ainsi Galaad, ronflant comme un sonneur, en train de cuver la cuite de sa vie dans le bureau de Prof. Le dortoir des nains était désert. L’on vit la salle commune où les nains complètement éméchés se poursuivaient, en chevauchant leurs chaises à l’envers et en chantant « La bataille de Ploërmel».

  • Mais, c’est où ça ?
  • Zoom arrière, on va voir.

L’on vit ainsi apparaître la villa vue du ciel, puis la clairière, avec la maison au centre, puis la forêt de Brocéliande avec la clairière dans un coin.

  • Forêt de Brocéliande, Majesté. Une maison pleine de nabots.
  • Il y a un patelin juste en lisière de la forêt, pas très loin, rapproche l’image que je vois comment il s’appelle. ça y est, on arrive à lire la pancarte à l’entrée : « PLOUCORNEC Ralentir Ecole ». Encore en arrière que je situe par rapport au château. Bien, ce n’est pas très loin, une dizaine de milles environ, Ouest – Sud-ouest du Château. J’ai vu où c’était. Maintenant, je m’en occupe.
  • C’est bien, si vous n’avez plus besoin de moi, je raccroche et je me rendors. Je vais essayer de reprendre mon rêve là où je l’avais laissé. Ciao.

La reine ne l’écoutait même plus, elle courut vers le cordon d’appel qui lui resta dans la main, tant elle avait tiré fort. En attendant, elle se mit à se ronger les ongles plus vite qu’une faux abat les blés mûrs.

Quelques minutes plus tard, une servante apparut en courant et en soufflant comme un phoque. Manifestement, elle avait été dérangée, elle s’efforçait de relacer son corsage.

  • Qu’est-ce que tu faisais encore, lambine ? Attention, je ne suis pas d’humeur à tolérer le moindre retard dans le service. Continue et tu vas te retrouver changée en grenouille. File voir ton soupirant qu’il me ramène tout de suite le capitaine des gardes. Il a une minute pour être ici, sinon tu coasseras avant la fin de la nuit.

Plus vive que l’éclair, la pauvre fille sortit de la pièce. La reine, ayant fini ses ongles de mains, se demandait si elle allait s’occuper de ses orteils, quand on frappa à la porte.

  • Entrez ! hurla-t-elle.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents