Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 7 (suite 1)

Publié par François d'Auberoche sur 28 Octobre 2014, 07:10am

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 7 (suite 1)

En reniflant, elle commença à balayer, quand une ombre inquiétante se découpa sur le pas de la porte.

  • Alors, ma petite demoiselle, on est triste ce matin, chevrota une vieille voix féminine.

Blanche Neige, surprise et inquiète en lâcha son balai. Devant la porte, il y avait une vieille femme, toute voûtée, au nez crochu qui rejoignait un menton en galoche. Elle lui souriait d’un magnifique sourire édenté. Toute vêtue de noir, la tête recouverte d’un foulard de la même couleur, elle s’appuyait de la main gauche sur un bâton noueux et avait au bras droit un panier rempli de belles pommes rouges.

  • Mais, mais, qui êtes-vous ?
  • Mais je suis la mère Denis, mon enfant.
  • Qui ?
  • La mère Denis, la lavandière de Ploucornec.
  • Et, que faites-vous ici ?
  • Tu es bien curieuse, mon enfant, et la curiosité est un vilain défaut. Je cherche des fraises des bois et en voyant ta maison, j’ai eu envie de me reposer un peu.
  • Des fraises des bois ! Et vous avez un panier rempli de pommes.
  • Ah, oui, c’est bizarre, n’est-ce pas, ce n’est pas la saison. Je les ai trouvées ce matin. Il y en a plein sous un prunier à la lisière de la forêt. Moi, j’allais dans la forêt pour chercher des fraises, je les ai vues, je les ai ramassées. Je ne sais pas d’ailleurs ce que je vais en faire. Je ne peux pas les manger, car je n’ai plus que deux dents et ces pommes encombrent mon panier. Je te les donne si tu veux.
  • Votre histoire est vraiment étonnante, mais si vous voulez, on fait un échange. J’ai ramassé plein de fraises hier et, comme j’en mange tous les jours, je prends vos pommes et je remplis votre panier de fraises. Les fraises, d’après ma grand-mère, c’est bon pour les rhumatismes et aussi pour les dents. Je vais vous les chercher.

Blanche Neige et la vieille dame procédèrent sur le champ à l’échange.

  • C’est vrai qu’elles sont belles vos pommes.
  • Ça c’est vrai ça ! Regarde celle-là, celle qui est toute rouge. N'est-elle pas appétissante ?
  • Oh, si. Je crois que je vais la croquer tout de suite. Mais je manque à tous mes devoirs, entrez et asseyez-vous. Vous prendrez bien quelque chose ? Une petite goutte ?
  • Je ne suis pas pressée mon enfant. Mange ta pomme d’abord !
  • Non, non, finissez d’entrer. Je la mangerai quand je vous aurai servie, alors, que prenez-vous ? Nous avons de tout ici.
  • C’est bien pour te faire plaisir. Un petit verre de vin me suffira.

Blanche Neige servit la vieille qui s’était assise sur un tabouret sur le pas de la porte pour profiter du soleil. Elle attendit que la mère Denis ait fini son verre avant de prendre la jolie pomme rouge. Elle l’admira sous les yeux de la vieille impatiente.

  • Allez, mange-la vite. Tu me diras quel goût elle a. Cela me rappellera ma jeunesse quand je croquais les pommes à pleines dents.

Blanche Neige frotta la pomme contre sa manche pour la faire briller et s’apprêtait à la croquer quand Prof entra dans la pièce. Il se figea sur place. La vieille sorcière, décrite par Galaad, était présente et Blanche Neige s’apprêtait à croquer la pomme empoisonnée. Il se ressaisit, mais il lui sembla que la scène se déroulait au ralenti.

Il ouvrit la bouche pour crier, mais il réalisa que le temps qu’il donne l’ordre à ses cordes vocales de crier, que le son franchisse la distance le séparant de Blanche Neige, que les tympans d’icelle vibrent, que cette vibration soit transformée en influx nerveux, que celui-ci atteigne la région idoine du cortex cérébral, qu’elle comprenne ce qu’il voulait dire (le plus long), qu’elle réagisse en envoyant les influx nerveux nécessaires à sa bouche pour ne pas avaler la bouchée qu’elle se préparait à y faire pénétrer et qu’elle la crache, il serait trop tard.

Il plongea donc vers notre héroïne, tel un arrière de rugby qui veut empêcher l’essai décisif. Mais, tandis qu’il entamait la phase ascendante de la parabole qui devait l’amener sur Blanche Neige, il vit avec terreur la princesse mordre à pleines dents dans la maudite pomme. En haut de sa trajectoire la bouchée pénétrait dans la bouche et, pendant la phase descendante, la princesse avalait le morceau.

Mais Prof était lancé comme une flèche vers sa cible, il balaya la main de Blanche Neige d’un revers foudroyant pour lui faire lâcher prise. Le coup fut si fort que la Princesse tourna trois fois sur elle-même avant de s’effondrer, heurtant au passage le manteau de la cheminée. Prof, se releva aussitôt et se précipita vers Blanche Neige inanimée en hurlant :

  • Elle est morte ! Blanche Neige est morte ! La sorcière l’a tuée ! Elle est morte !
  • Mais non, imbécile, elle n’est pas morte, elle s’est cognée en tombant. Mais, qu’est-ce qui vous a pris, vilain nabot, de la frapper comme ça ? Une si gentille jeune fille.
  • Je ne suis pas un nabot, sale sorcière. C’est vous qui l’avez tuée. Empoisonneuse !
  • Ça c’est pas vrai ça ! Espèce de menteur. Seule l’autopsie nous permettra de déterminer la cause du décès. Mais non, je suis sotte, elle n’est pas morte, elle doit être évanouie, c’est tout.
La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 7 (suite 1)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents