Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


Suite du troisième Chapitre

Publié par François d'Auberoche sur 1 Octobre 2014, 13:08pm

Suite du troisième Chapitre
  • Je vous cherchais. Norbert, le chasseur m’a indiqué votre adresse et je me rendais chez vous.
  • Et pourquoi donc ? demanda le nain le plus âgé.
  • Je cherche des renseignements concernant le Saint Graal. On m’a dit que vous pourriez m’en fournir.
  • Je ne vois pas de quoi tu veux parler. Je sais que le Saint Graal est le vase sacré contenant les dernières gouttes du sang du Christ. Mais ceci se passait en Palestine, il y a plus de cinq cents ans. Cela n’a aucun rapport avec la forêt de Brocéliande.
  • Mais si ! Le Graal est ici ! reprit Galaad, J’ai de bons renseignements, mais il doit être caché par des sortilèges ou défendu par des bêtes immondes.
  • Il y a dans la forêt une grotte dont l’accès ne peut se faire que par un étang dans lequel vit un monstre. Une belle saleté qu’il vaut mieux fuir. S’il y a quelque chose de bien protégé dans cette forêt, c’est bien l’intérieur de cette grotte.
  • Mais qui est ce monstre et où peut-on le trouver ?
  • Je ne l’ai jamais vu, car il est dangereux et il vaut mieux éviter le secteur. L’endroit où il vit est très reculé, au fin fond de la forêt. Je ne saurais t’expliquer comment t’y rendre, si tu es assez fou pour le vouloir.
  • On pourrait l’y conduire demain, proposa un autre nain.
  • Ce serait fort aimable à vous. Je vais m’installer ici pour la nuit, j’ai apporté quelques volailles et trois porcelets que je vais rôtir et que nous pourrions partager au coin d’un feu.
  • Pas question, répondit le chef des nains, la forêt est trop dangereuse la nuit. Tu en as fait l’expérience. Si tu campes là et fais rôtir tes gorets, tu vas encore être attaqué par des ogres, si ce n’est par des goules. Suis-nous, nous t’hébergerons pour la nuit dans notre humble demeure. Et demain, nous te guiderons à l’étang de la bête.
  • J’hésite à accepter votre invitation, j’ai peur de vous déranger.
  • Mais non, notre maison est grande, nous y vivons tous les sept, avec une jeune fille que nous avons recueilli.
  • Et comment vous appelez-vous ? Si ce n’est pas indiscret.
  • Excuse-moi, j’ai oublié, car nous ne devons jamais révéler notre véritable nom. Suivant nos habitudes ou notre caractère, nous avons des surnoms. Voici Atchoum, Dormeur, Gourmand, Grincheux, Joyeux et Timide.
  • Et Prof, c’est toi.
  • Oui, c’est bien moi. Comment le sais-tu ?
  • L’aubergiste du sanglier rieur vous a décrits et m’a appris vos surnoms. Mais je croyais que l’un d’entre vous était surnommé Simplet et je ne connaissais pas Gourmand.
  • Pourquoi pas Crétin, ou Stupide, jeune homme, tant que tu y es ! Qui t’a dit ça ? intervint Grincheux d’un ton acerbe.
  • Je pense à une erreur de Quatregros, s’excusa Galaad. Et la jeune fille ne s'appellerait-elle pas Blanche Neige ?
  • Si, en effet. Qui t’a mis au courant ?
  • C’est Norbert qui m’a confié, sous le sceau du secret, qu’il savait que vous aviez recueilli la princesse. Il m’a dit aussi qu’elle est en danger de mort. Vous ne devez jamais la laisser seule.
  • Blanche Neige, une princesse ?
  • Blanche Neige en danger ?
  • Elle ne vous a donc pas raconté son histoire ?
  • Non, nous l’avons trouvée un soir, dans notre maison, il y a environ un an. Elle nous a simplement dit qu’elle était orpheline et ne savait où aller.
  • Je vous expliquerai tout plus tard. J’accepte votre invitation, mais partons vite. De graves dangers planent sur la tête de la princesse.
  • Tu as raison chevalier et, si tu veux toujours, nous partagerons là-bas tes provisions, intervint Gourmand.
  • Allons vite, en route. Ne restons pas là, si Blanche Neige est en danger, nous devons courir, dit Grincheux.
  • En avant, marche. Le travail c’est la santé, chanta Joyeux qui prit la tête de la colonne en tenant Bowmore par la bride.

Dormeur demanda poliment au mulet s’il avait un peu de place pour lui.

  • Je m’appelle Aberlour, répondit le mulet. Vous pouvez grimper, vous ne devez pas être lourd. Mon copain le cheval, c’est Bowmore. C’est une grande gueule, mais il est moins costaud que moi.

Dormeur remercia et se jucha sur le bât, suivi de Gourmand qui veillait sur la nourriture.

Galaad prit sur sa selle Prof et tout en chevauchant lui conta l’enfance tragique de Blanche Neige. Il leur expliqua que la méchante reine pouvait savoir à tout moment où elle était et venir l’empoisonner avec une pomme bourrée de poison. Les nains tout autour du cheval poussaient des cris d’effroi en découvrant les menaces qui pesaient sur la vie de la princesse.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents