Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 11 (suite 4)

Publié par François d'Auberoche sur 28 Novembre 2014, 06:30am

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 11 (suite 4)

Le sergent intervint à ce moment :

  • Mon capitaine, j’ai peur qu’il n’y ait personne pour aller avec vous, à part moi.
  • Qu’est-ce que vous me racontez ?
  • Si vous faites trois groupes de treize, ce qui fait trente-neuf, sur quarante il n’en reste plus qu’un.
  • Je n’ai rien compris. Formez les groupes devant moi !

Trois minutes après, les trois groupes étaient rassemblés devant le capitaine. Le sergent était tout seul à côté, à la stupéfaction de Tronoën.

  • Ça alors, je ne sais pas comment vous avez fait pour le prédire. D’habitude j’ai une garde rapprochée.
  • On a eu des pertes.
  • Oui, je sais, mais comment avez-vous fait pour le deviner ?
  • J’ai calculé.
  • Mazette. Qu’est-ce que vous faites dans l’armée, si vous savez compter ?
  • J’ai bêtement signé pour cinq ans, un soir d’ivresse.
  • Je comprends mieux. Réduisez-moi donc les groupes, je veux cinq hommes avec moi, plus mon sonneur, plus vous. Débrouillez-vous et appelez les chariots !

Bientôt appelés par le cor du sonneur, quatre chariots arrivèrent suivis du cheval de Tronoën. Les élèves chevaliers embarquèrent dans les chariots et le capitaine se mit en selle. Il vint trouver Galaad.

  • L’étang est à cinq milles d’ici. Je vous propose de nous en approcher le plus près possible avec les chariots et les chevaux, puis de continuer à pied. S’il y a combat, ce n’est pas la peine de faire tuer des bêtes inutilement. Les élèves sont là pour ça.
  • Tout à fait d’accord, dit Bowmore.
  • Moi aussi, dit Tonnerre.
  • Nous laisserons les chevaux, les chariots et la princesse sous bonne garde. Nous enverrons des éclaireurs qui nous renseigneront sur l’ennemi. Nous prendrons nos décisions ensuite.
  • Tout à fait d’accord.
  • Pas d’accord du tout, dit Blanche Neige. Je vais avec vous jusqu’au bout.
  • La place des femmes est à la cuisine, pas sur le champ de bataille, rétorqua Tronoën.
  • Ouïe, aïe, aïe ! dit Grincheux. L’insensé, il va nous la remonter !
  • Qu’as-tu dit, vermisseau ? dit la princesse d’un ton glacial. Sais-tu à qui tu parles ?
  • Il plaisantait Princesse, dit cérémonieusement Galaad. Comme tu n’es ni équipée, ni formée pour te battre, nous ne te laisserons pas approcher de cet étang.
  • Et si je refuse.
  • Je te ferai ligoter à un chariot et garder comme une prisonnière.
  • Mais enfin Galaad, pourquoi je ne peux pas m’amuser moi aussi ?
  • Blanche Neige, ce ne sera pas un tournoi, ni une partie de plaisir. Il y aura de la sueur, du sang et des larmes. La guerre n’est jamais drôle.
  • Et pourtant quand les nains en parlent, c’est toujours drôle.
  • Les guerriers plaisantent toujours après, car ils sont contents d’être encore en vie et indemnes. N’aie crainte, ce ne sera pas long. Allez, en selle et en route !

Le convoi s’ébranla, en tête venaient Tronoën, Galaad et Grincheux. Les chariots suivaient avec au centre Blanche Neige, Gourmand, Atchoum et la charrette de Prof. En queue, derrière les derniers chariots, Dormeur, Joyeux et Timide formaient l’arrière-garde.

Une heure plus tard, Tronoën fit arrêter la colonne et mettre pied à terre.

  • Sergent, désignez cinq hommes pour garder le convoi et la princesse, cria Tronoën.
  • Nous allons aussi la protéger, dit prudemment Prof, avec Gourmand, Atchoum et Dormeur. Nos meilleurs combattants, Grincheux, Joyeux et Timide, viendront avec vous.
  • Mon Capitaine, intervint le sergent. Je tiens à porter à votre connaissance que maintenant il ne reste plus avec vous que votre sonneur de cor et moi.
  • Ce n’est pas possible ? Et pourquoi ?
  • Vous en voulez cinq pour garder le convoi. Les groupes ne comportent plus que onze hommes avec le chef de groupe. Que fait-on ?
  • Ne me posez pas de questions de calcul. Vous êtes sergent, débrouillez-vous. Le plus important est de sauver les élites. Organisez donc ma protection.
  • C’est arrangé, dit Galaad. Je viens avec vous et trois nains. Chaque nain se bat comme quatre hommes. Vous aurez donc une escorte de douze hommes, un sergent et un chevalier.
  • Je n’ai rien compris, mais je vous fais confiance, répondit Tronoën. Kernacé !
  • Oui, mon Capitaine.
  • Vous partez en reconnaissance. C’est une mission facile, vous suivez ce chemin, il mène directement à l’étang. Vous y serez en moins de cinq minutes. Pour déceler le dragon c’est bête comme chou. Vous mettez un élève en tête, à cinquante pas en avant du groupe. Quand il flambe, vous repérez le dragon, vous ne le quittez pas des yeux et vous envoyez un coureur nous informer. Compris ?
  • Affirmatif mon Capitaine. Bon, dit Kernacé, désignons l’éclaireur de tête. Qui est volontaire ? Personne ? D’accord. Qui ne veut pas être en tête ? Tous. C’est ce que je pensais. Alors vous me donnez vos sous. Celui qui m’en donnera le moins ira en tête, suivi du second, etc. Ça vous va, les gars ?
  • Oh, dit Tronoën à Galaad, il n’est pas bête celui-là, il ira loin. Je me demande ce qu’il fait dans l’armée. Landévennec et Dupont, tenez-vous prêts à leur porter secours. Profitez-en pour faire vos prières, si ce n’est déjà fait.

Les enchères eurent lieu rapidement et le groupe du richissime Kernacé s’ébranla. Il disparut très vite dans le sous-bois. Galaad piaffait d’impatience. Il n’avait pas l’habitude de confier à d’autres le soin de remplir sa tâche. Mais, comme lui dit Tronoën, il faut savoir respecter la coutume militaire. Les chefs ne sont pas là pour se faire tuer bêtement. Il y a des hommes qui sont payés pour ça. Dix minutes à peine après leur départ, un homme du groupe de tête revint en courant.

  • Elève Chevalier de Kelistoar, Premier Bataillon, Deuxième Compagnie, Troisième section, au rapport mon capitaine.
  • Parle.
  • De la part de Kernacé, mon chef de groupe. Il n’y a pas de dragon, mais une femme toute nue qui se baigne. Je l’ai vu mon capitaine, elle est splendide. Venez vite tous, ça vaut le coup d’œil !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents