Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 11 (suite)

Publié par François d'Auberoche sur 25 Novembre 2014, 06:26am

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 11 (suite)
  • Non, vous n’allez pas tout rejeter sur moi, dit Prof. Si le chevalier n’avait pas bu beaucoup la veille, on n’aurait pas été obligé de le baigner.
  • Et toc, voici qui s’appelle un retour à l’envoyeur, dit Galaad. C’est donc ma faute si je dois porter un masque pour cacher ma nouvelle beauté.
  • Non, non, non, dit Timide, c’est, c’est, c’est la faute à pas de chance, c’est, c’est, tout.
  • Timide est le plus sage, dit Grincheux. On ne va pas reconstruire le passé. Ce qui est fait est fait. On regrette, mais on n’y peut rien. Maintenant dépêchez-vous, on a rendez-vous avec un monstre et je n’aimerais pas passer la nuit à me battre avec des ogres ou des goules, après avoir combattu cette énorme bête.
  • Bien dit, énonça Atchoum, qui n’éternuait plus depuis que le fumet de la mère Denis avait nettoyé ses fosses nasales.
  • Chéri, tu ne m’en veux pas tout de même, demanda Blanche Neige.
  • Mais non, c’est plus pratique pour embrasser.

Une demi-heure plus tard, nos héros se remettaient en route. Ils atteignirent un virage après avoir trotté quelques milles. Grincheux fit remarquer à Galaad une trouée à travers les arbres.

  • Regarde ces traces, tous ces arbres abattus. J’ai l’impression que notre ami le supersonique a mal négocié son virage.
  • Incroyable, constata Galaad, aussi loin que la vue porte, on aperçoit cette trouée.
  • Oui, il avait pas mal d’élan. J’espère qu’il a trouvé un buisson d’orties pour finir.
  • Des ronces ne seraient pas mal aussi. Je suis heureux de voir que dans cette forêt les excès de vitesse sont sanctionnés. Il y a trop d’inconscients sur les routes.

Un peu plus loin, Grincheux appela Prof :

  • Prof, on arrive à un grand carrefour à huit chemins. Lequel doit-on prendre ?
  • Attendez-moi, je viens.

Ils étaient arrivés à une immense étoile de huit routes. Ils se rassemblèrent tous au centre pour profiter du soleil. L’ennui de ces chemins obscurs sous les arbres gigantesques leur apparut alors. Qu’il était agréable de profiter du soleil de Juillet ! Gourmand ne perdit pas une seconde, sauta à bas de Tsoin-tsoin, prit sa musette et entreprit de saucissonner. Il fut aussitôt entouré. Même Prof vint quémander sa part. Galaad intervint :

  • Oh, les goinfres ! Il faudrait penser à continuer. Quelle est la bonne route ?
  • Cha peut attendre, répondit Gourmand la bouche pleine.
  • Non ! dit Grincheux fermement. La forêt est pleine de dangers, moins on y reste, mieux ça vaut.
  • C’est ce que fait le petit Poucet, répondit Joyeux. Tu as vu les résultats de la vitesse. Maintenant ses intestins doivent être enroulés autour d’un chêne.
  • Trêve de bêtises. Prof, aide-nous. Quel est le bon chemin ? rugit Grincheux.
  • Che chais pas, egade la cate.
  • Avale ce que tu as dans la bouche et répète.
  • Je ne sais pas, regarde la carte.
  • Quelle carte ? Je n’en ai pas.
  • Moi non plus, répondit Prof en arrêtant de mastiquer. Tu ne l’as pas prise ?
  • Ben non. La carte était dans ton bureau. C’était à toi de la prendre.
  • Vous allez rire, mais j’ai complètement oublié. Que va-t-on faire ?
  • J’ai une idée, dit Galaad. Théoriquement personne, ou presque, ne va vers cet étang sinistre. Le chemin pour y aller doit être le moins fréquenté, ce sera donc celui où l’herbe est la plus haute.
  • Regardons, dit Grincheux.

Galaad et Grincheux, toujours en selle, examinèrent avec attention les sept routes qui s’offraient à eux. Malheureusement, elles étaient toutes semblables et magnifiquement entretenues.

  • Flûte, Zut et Cornegridouille, jura Grincheux. Les cantonniers travaillent trop bien. Toutes les allées sont impeccables. Oh ! Galaad ! Tu as vu ? et il tendit le doigt vers une allée.

A quelques pas d’eux, des buissons traversaient en courant un des layons. Galaad talonna Bowmore et galopa vers un des buissons qui commençait sa traversée. Il l’attrapa de la main droite et le déposa au pied de son cheval.

  • Qui es-tu ? demanda Galaad, d’un air sévère au buisson qu’il avait cueilli.
  • Elève chevalier de Landévennec. Premier Bataillon, Deuxième Compagnie, Troisième section, à vos ordres mon capitaine.
  • Ah, dit Galaad en éclatant de rire, un arbrisseau qui parle. Vous, les autres buissons, avancez vers le milieu du chemin.

Tous les arbustes avancèrent vers Galaad et s’arrêtèrent devant lui.

  • Qu’est-ce que c’est ? demanda Galaad à Grincheux qui venait d’arriver.
  • Un cyrard.
  • Un quoi ?
  • Un élève chevalier, sans doute en manœuvres. Leur école n’est pas loin. Elle est à Coëtquidan, un petit village à quelques milles d’ici. Comme leur saint patron est saint Cyr, on les appelle des cyrards.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents