Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 11 (suite3)

Publié par François d'Auberoche sur 27 Novembre 2014, 06:30am

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 11 (suite3)
  • Pas bête, nous procédons autrement, mais le principe est le même, seuls les microcéphales ont le droit d’accéder aux commandements suprêmes. Ils obéiront ainsi sans broncher aux desiderata insensés des gouvernants. C’est ce qui nous garantit les meilleurs massacres.
  • Je ne sais si nous serons à la hauteur aujourd’hui, mais nous ferons de notre mieux, conclut Tronoën.

A ces paroles, un frisson parcourut les rangs des jouvenceaux.

  • Allons les voir, dit Tronoën. Ils ont besoin que je les harangue. Venez Galaad, et vous aussi, Princesse et messires les nains.

Tronoën s’avança vers sa troupe. Le sergent hurla :

  • Garde à vous ! Présentez, Armes !

Et, pendant que les élèves levaient leur épée pour saluer le chevalier et ses hôtes, le sergent hurla encore :

  • Troisième section rassemblée. Effectif théorique quarante-cinq. Présents : Quarante. Tués trois, les élèves chevaliers de Kergonadeac’h et Dupont massacrés par un Ogre, de Kerfeunteun dévoré par une goule. Disparus deux, les élèves chevaliers de Locquirec et de Goalennec. A vos ordres, mon Capitaine.
  • Quel Dupont ? de Nemours ?
  • Présent, dit une petite voix.
  • Non, mon Capitaine, d’Isigny.
  • Zut, dit Landévennec à l’élève chevalier Hubert de Kernacé. Il avait toujours des colis de friandises.
  • Silence dans les rangs, hurla le sergent.
  • Des suppositions sur les disparitions, sergent ?
  • Ils ont coupé à travers les marais, mon Capitaine. Ils devaient se prendre pour Jésus-Christ, mais ils n’ont pas réussi à marcher sur l’eau. Je pense qu’ils avaient dû manger des amanites tue-mouches (champignon hallucinogène).
  • Il faut vraiment être myope, elles sont rouges à pois blancs. C’est impossible à confondre.
  • Ils n’ont pas confondu, mon Capitaine. Ils ont voulu essayer.
  • Il faut une sanction pour les brêles. Cinq pertes sur quarante-cinq. C’est bon, on est en dessous du pourcentage autorisé. Sergent, vous me préparerez, en rentrant, les lettres habituelles aux familles et vous les mettrez à ma signature. Bien, Messires, vous avez l’honneur d’avoir devant vous la princesse Blanche Neige, ici présente.

Blanche Neige s’avança en souriant et leur fit une révérence.

  • Le chevalier Galaad de Tintagel, Compagnon de la table ronde, envoyé spécial de feu le roi Arthur de Cornouailles pour retrouver le Saint Graal.

Galaad leur fit un salut de l’épée.

  • Les nains Prof, Atchoum, Dormeur, Gourmand, Grincheux, Joyeux et Timide de la garde personnelle de la princesse.

Les nains ôtèrent leurs petits bonnets blancs et firent un grand sourire.

  • Donc, Messires les élèves chevaliers, aujourd’hui, vous allez avoir l’honneur de mourir pour ces nobles personnages. Vous ne pouviez mieux choisir.
  • Ce n’est pas tout à fait le choix que j’aurais fait pour passer cette journée, chuchota Kernacé à Landévennec.
  • Qu’est-ce que tu aurais fait ?
  • Je connais une petite brune avec qui je serais bien allé me promener.
  • Ah oui. Qui c’est ?
  • C’est mon secret.
  • Donc, continuait Tronoën, vous allez escorter cette noble assemblée jusqu’à l’étang du dragon.
  • Hein ? hurlèrent quarante voix, plus cinq, celles des fantômes des tués et des disparus qui, eux, avaient eu de la chance.
  • Oui, Messires. Nous allons à l’étang du dragon, le rencontrer, le combattre et le tuer. Les moins braves d’entre vous pourront aussi mourir.
  • Même les plus braves, s’ils sont en première ligne, dit Landévennec à Kernacé.
  • Landévennec et Kernacé, sortez des rangs, hurla Tronoën.
  • Nous allons peut-être avoir la chance d’être tués tout de suite par le vorace (chevalier instructeur), dit Kernacé.
  • Compte tenu de votre enthousiasme évident, dit le capitaine, vous Kernacé, conduirez le groupe d’assaut avec douze élèves. Landévennec, vous commanderez un groupe de protection de douze. Dupont de Nemours, puisque vous persistez à être toujours vivant, vous commanderez l’appui avec aussi douze de vos camarades. Le reste à ma botte. Sergent formez les groupes ! Sonneur, appelez les véhicules !
  • Je me demande si un groupe de douze plus moi, ça ne fait pas treize, confia Landévennec à Kernacé.
  • Peut-être. Les maths et moi, tu sais, on est fâché. Si c’est treize ou quinze ça sera pareil. Ma mission n’est pas faite pour me porter bonheur, répondit Kernacé. Espérons que je reverrai Christine.
  • Je m’en doutais, sacré Hubert. C’est la plus chouette.
  • Ce n’est pas vrai, intervint l’élève chevalier de Kerfontaine. La plus chouette, c’est Florette.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents