Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 8 (suite 2)

Publié par François d'Auberoche sur 4 Novembre 2014, 21:27pm

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 8 (suite 2)

Il fut bientôt déposé sur les draps de soie, avec plus de précautions que n’en prend un artificier pour manier ses détonateurs par une belle journée d’août au Moyen-Orient.

  • Bon, dit Prof, pendant que je cherche de quoi le soigner, il faut le rafraîchir. Prenez des serviettes, mouillez-les avec de l’eau glacée et changez-les toutes les dix minutes.

Tout le monde s’affaira et bientôt on ne vit plus que les yeux du chevalier. Celui-ci s’agita bien vite et poussa des grognements étouffés. Prof qui fourrageait dans ses plantes arriva et hurla :

  • Vous voulez le tuer complètement ou quoi. Dégagez ses narines, bande d’incapables.

Il arracha les serviettes qui recouvraient la tête du chevalier, celle-ci apparut violette comme une aubergine ce qui stupéfia Blanche Neige. Pendant que Galaad inspirait et soufflait avec la violence d’un soufflet de forge, elle questionna Prof :

  • Mais pourquoi est-il violet maintenant ?
  • Quand quelqu’un s’asphyxie il devient bleu, ma chérie. Comme il était rouge, il est devenu violet, les deux couleurs se sont mélangées.
  • Alors, quelqu’un qui serait jaune et qui s’étoufferait, deviendrait vert ?
  • Ça n’existe pas des gens jaunes, ma puce, mais c’est vrai, il deviendrait vert.
  • N’empêche c’était joli cette couleur aubergine, mais ça part.
  • Heureusement, sinon il serait mort très vite.
  • Ouin, je veux pas qu’il meure. C’est lui que j’aime et j’ai failli le tuer, je suis une misérable.
  • Il faudra la soigner, cette petite, confia Joyeux à Prof, soit elle ne supporte pas cet accident, soit ses hormones la travaillent.

C’est alors que Grincheux fit son entrée, précédé de Gourmand et de Dormeur qui s’écrasèrent contre le mur du fond. Les derniers coups de pieds avaient, en effet, été bien dosés.

  • Alors, demanda Prof, quelles excuses avaient-ils ?
  • Aucune comme d’habitude ! L’un mangeait et l’autre mettait, en dormant, tout notre stock de bûches dans le foyer.
  • On va les réveiller. Joyeux, tu prends ces deux Ostrogoths, tu leur fais seller trois poneys et tu pars avec eux au village. Tu vas voir l’apothicaire et tu lui demandes un onguent pour un grand brûlé. Moi je n’ai vraiment pas grand-chose. Je vais lui préparer un calmant, mais cela ne le guérira pas. Prends ma bourse sur le buffet.
  • Pourquoi trimballer ces deux pignoufs au village ? Je n’en vois pas l’utilité.
  • Mais si, mais si. Si tu tombes sur des brigands, des ogres ou des goules, tu leur jettes ces deux salopiauds en pâture. Ça te sauvera la vie. Tu vois, ils te seront utiles.
  • Ah, oui, pas bête. Allez, avancez vite, je veux mon poney et les vôtres sellés dans trois minutes. Pendant ce temps-là, je m’habille. Grincheux, comment fais-tu pour les faire avancer aussi vite ?
  • Non, ne lui dis pas, dirent deux nains terrorisés qui coururent vers la sellerie.
  • Au fait, dit Grincheux, vous pourriez peut-être vous rhabiller tous.
  • Saperlipopette, c’est vrai, dit Prof, habillons-nous. Blanche Neige, tu es splendide, mais passe une robe.
  • Je m’en fiche, il faut sauver Galaad.
  • Oui, mais tu nous déconcentres.
  • Pourquoi ?
  • Arrête tes bêtises, Blanche Neige ! Ton drap de bain ne cache rien.
  • C’est vrai, dit Timide, j’ai, j’ai, l’air de quoi. Je fonce mettre une chemise.
  • Atch... Moi aussi.
  • N’oubliez pas le bas, recommanda Prof. Blanche Neige, tu n’as qu’à te faire une tenue plus légère, mais habille-toi. Tu as des aiguilles, du fil et du tissu. Ça t’occupera et moi je soignerai Galaad.
  • Bon, dit Grincheux, je retourne surveiller la vieille, mais envoyez vite quelqu’un me remplacer, je trouve le temps long.
  • Moi, dit Prof, je prépare le calmant.

Quelques minutes plus tard, Joyeux sautait sur Réglisse, son poney, tandis que Gourmand et Dormeur enfourchaient les leurs, Tsoin-tsoin et Praline. Ils foncèrent à bride abattue vers le village. A la grande joie de Gourmand et de Dormeur, ils ne rencontrèrent ni brigands, ni ogres, ni goules, ni même des loups. Pour une fois, Dormeur ne s’endormit pas sur sa selle, tant il craignait d’être jeté en pâture à la première saleté rencontrée. Il faut dire que Joyeux qui chevauchait en tête leur avait annoncé qu’il ne s’arrêterait sous aucun prétexte.

Moins d’un quart d’heure plus tard, ils sortirent de la forêt et, peu après, pénétrèrent en trombe dans le village tandis que sonnait l’angélus. Ils s’engouffrèrent dans l’unique ruelle qui serpentait entre les pauvres habitations de torchis, faisant fuir les enfants du village, les chiens, les chats et la volaille qui couraient aux abris. Derrière eux, s’élevait un énorme nuage de poussière, de poils et de plumes.

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 8 (suite 2)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents