Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 9

Publié par François d'Auberoche sur 10 Novembre 2014, 05:30am

La Quête du Saint Graal Tome 1 Chapitre 9

Où l’on verra que quand le chat n’est pas là les souris dansent et que, même pour les petits métiers, il faut avoir fait des études.

Mais que s’était-il donc passé ? Où était la méchante reine ? Pourquoi n'était-elle pas venue empoisonner Blanche Neige ? Telles sont les questions que vous devez vous poser, ami lecteur.

Revenons en arrière, à l’aube, dans le verger du père Kerbauzon. La reine qui venait de rater son atterrissage était complètement sonnée. Elle entendait à peine une voix qui l’interrogeait :

  • Pas trop de mal, Majesté ?

Une sphère de trois pieds de diamètre était penchée sur elle et lui parlait. A ce moment-là, elle perdit connaissance juste après avoir entendu Mélusine dire :

  • Tu deviens aveugle, ma pauvre Léonie ? On n’a pas idée d’atterrir par le travers de la piste.

Mélusine, la voyant tourner de l’œil, lui donna une bonne paire de claques. La reine demanda :

  • Quoi ?

Puis :

  • On a frappé ?
  • Oui, ma vieille, tu tournais de l’œil. Tu as quelque chose de cassé ?
  • J’ai entendu deux bruits de cassure. L’un venait du balai, l’autre de ma cuisse droite. Je diagnostique une rupture du manche pour le balai et une fracture du fémur pour ma jambe. Pour ma jambe, c’est facilement guérissable. Ce qui m’embête le plus, c’est le balai. Un modèle unique que j’ai fait venir de Modène dernièrement. Les listes d’attente sont monstrueuses. Je n’en aurai pas un aussi bon avant au moins un an, si les invasions lombardes n’arrêtent pas la fabrication. J’en ai d’autres, mais ils ne valent pas celui-là. C’est un peu ta faute, ta piste était trop courte.
  • Grosse maline, tu t’es posée par le travers de la piste !
  • Ce n’est pas vrai ?
  • Mais si. Tu devrais consulter un bon ophtalmologue.
  • J’aurais peut-être dû boire un peu moins de Chambolle-Musigny. Zut. Ma matinée est foutue. Peux-tu me ramener en vitesse chez moi ? Il faut que je me soigne.
  • A cette heure-ci ? Tu es folle !
  • Pourquoi ?
  • Tu n’es pas en état d’y aller par la route. Je ne vois que la solution d’une évacuation sanitaire aérienne et on va se faire tirer dessus, comme des perdreaux, par tes gardes.
  • C’est vrai, tu te changes en dragon pour voler. A part les airs, qu’avais-tu prévu comme moyen de transport ?
  • Mes deux goulottes apprivoisées. Regarde comme elles sont mignonnes. Celle-ci, c’est Smart et celle-là, Swatch. Mais tu serais trop secouée sur leur dos et les paysans nous attaqueraient aussitôt à coups de fourches. Elles sont pourtant mignonnes.

C’est vrai qu’elles étaient mignonnes les deux petites goules, toutes rondes avec leurs grands yeux cruels au milieu et leur bouche pleine de dents acérées au-dessous. Mais le monde est plein de préjugés et les paysans bretons ont tendance à juger sur la mine.

  • Tu m’amènes en dragon, ce sera plus confortable. Tu m’aides à me démaquiller avant de partir. Comme ça, en arrivant, les gardes me reconnaîtront et te laisseront en paix.
  • J’espère, parce que ce n’est pas facile à réparer les trous dans les ailes. Chaque fois, j’en ai pour une semaine d’incapacité de travail.
  • Ne t’en fais pas et on se dépêche. J’ai hâte de me soigner, la jambe me fait un mal de chien.

En quelques minutes, aidée par Mélusine, la reine avait retrouvé sa figure de vieille liftée et botoxée.

  • Tu t’es bien fait tirer la peau depuis que je ne t’avais vue. Tu as rajeuni de vingt ans, dit gentiment Mélusine.
  • Tu es gentille et pourtant mon miroir m’a dit que c’était Blanche Neige la plus belle. Je venais lui régler son sort à cette mijaurée.
  • Elle est dans le coin ? Je la croyais morte.
  • Moi aussi, mais j’avais tort. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais elle habite avec des nains dans ta forêt.
  • Tiens donc. Je ne le savais pas. Il faut dire que je sors très peu et que j’ai rarement des visites. Je me change aussi et on y va. Swatch et Smart, rentrez à la maison. Je n’ai plus besoin de vous pour l’instant. J’amène la reine chez elle et je vous retrouve plus tard.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents