Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


LA FIN

Publié par François Auberoche sur 4 Mai 2015, 06:30am

L’ancêtre avança et désigna Antoine. Celui-ci fut saisi par quatre dryades et couché sur le dos sur une grande bassine destinée à recueillir le sang. Une dryade s’approcha avec un couteau en pierre effilé pour égorger la victime. On entendit à ce moment comme un vol de cigognes ou de grues. Il devait y avoir des centaines de gros oiseaux qui plongeaient sur la clairière. Une énorme voix cria :

  • Stâssi, athlia ! - Arrêtez, misérables ! - en grec -.
LA FIN

 

Ce fut suivi d’une volée de flèches qui tuèrent net toutes les dryades présentes dans la clairière. L’on vit alors apparaître les tireurs. C’étaient de gigantesques hommes-oiseaux, des hommes et des femmes au corps d’athlète avec d’immenses ailes d’aigle dans le dos. Quatre d’entre eux se posèrent dans la clairière et vinrent délivrer les prisonniers. Les autres hommes-oiseaux fouillaient tous les arbres et mettaient systématiquement à mort les dryades. Aucune ne fut laissée vivante.

 

L’homme-oiseau qui vint délivrer Antoine avait sur son épaule gauche, accroché à sa tunique, un écureuil qui éclatait de rire. C’était le petit copain d’Antoine qui était venu lui porter secours. Chacun des membres de sa famille se trouvait également sur l’épaule d’un des hommes-oiseaux. Tous, blonds aux yeux bleus, dépassaient les deux mètres de hauteur et l’envergure de leurs ailes repliées, devait atteindre quatre mètres. Le sauveteur d’Antoine prit la parole :

LA FIN
  • Salut Antoine ! Je suis Philopoulia[1], le roi des aétiades*. Ces écureuils sont venus prévenir les naïades qui ont donné l’alarme. Zeus nous a envoyé pour faire cesser cette abomination. L’union d’une dryade avec un homme a créé cet horrible peuple anthropophage. Nous allons vous ramener à vos parents et conduire ces criminels dans les enfers pour y être jugés.

Un autre aétiade prit la parole :

  • Salut Basile ! Toi qui as un nom royal*. Tu as gagné ton pari, à ton réveil tu seras récompensé.
  • Quel réveil ? répondit Basile.
  • Nous allons vous endormir, dit le troisième homme-oiseau qui était devant Claire. Nous sommes désolés Claire, toi qui fut si vaillante. Mais nous ne pouvons pas vous laisser des souvenirs de notre existence.
  • En outre, intervint le quatrième aétiade. Nous voulons t’éviter des ennuis, Adeline. Tu n’auras pas à mentir pour protéger le secret de notre existence. Nous allons effacer tous les souvenirs de votre aventure. Ce sera aux autorités de chercher et de se poser des questions.
  • Cela vous évitera aussi, précisa le premier homme-oiseau, d’avoir des cauchemars, de rêver des dryades, des nains ou du silure.
  • Et mon ami l’écureuil ? demanda Antoine.
  • Oh oui ! s’exclama Basile. Ma petite copine écureuil va m’oublier ?
  • Bien sûr, répondit le premier homme-oiseau. Eux-aussi oublieront les dryades et votre séjour, mais nous leur rendrons leur fils.
  • Que deviendront les revenants ? demanda Claire.
  • Ils sont déjà en route pour le repos éternel. Ils l’ont bien mérité !
  • Avant de nous endormir accordez-nous une faveur, demanda Adeline.
  • Laquelle ? demanda l’aétiade. Si c’est en mon possible.
  • Portez-nous à la marina avant de nous endormir ! J’aimerais profiter de ce vol et les enfants aussi, sans aucun doute.
  • Oh, oui ! dirent ensemble Antoine, Basile et Claire.
  • J’accepte, mais vous l’oublierez ensuite.
  • Peut-être, répondit Adeline. Mais qui sait ?

 


[1] Ami des oiseaux en grec.

LA FIN

Chaque homme-oiseau prit alors un des jeunes gens dans ses bras et battit des ailes en douceur. Puis les battements se firent plus amples et les aétiades prirent rapidement de l’altitude. Ils arrêtèrent de monter à deux mille mètres et se dirigèrent vers le lac d’Hourtin. Ils volèrent alors vers l’extrémité sud du lac.

 
LA FIN

Le survol de ce magnifique plan d’eau par une belle matinée du mois de juin était un enchantement. A cette altitude, les passagers avaient une vue d’ensemble sur le beau lac d’Hourtin. Bien tenus par les bras puissants des hommes-oiseaux, ils n’éprouvaient aucun vertige et pouvaient profiter tout à loisir de ce vol silencieux. Ils admirèrent en-dessous d’eux quelques mouettes qui survolaient le lac. L’eau de celui-ci, pure et transparente, était sillonnée par quelques voiliers qui tiraient des bords. On voyait quelques poissons, moins gros que ceux qui les avaient portés au début de cette aventure. Bientôt ce fut la fin du lac d’Hourtin, les aétiades survolèrent la forêt pendant cinq minutes et arrivèrent à celui de Lacanau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents