Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

auberoche.overblog.com

auberoche.overblog.com

Littérature


Le jugement de Pâris

Publié par François d'Auberoche sur 21 Janvier 2013, 06:51am

Pendant ce temps, sur le Mont Ida un jeune et beau berger gardait ses moutons, il se nommait Pâris. Il était un des fils de Priam, roi de Troie, et de la reine Hécube. Hector, qui s’illustrera plus tard au cours d’une guerre célèbre, était son frère aîné. Peu avant sa naissance, sa mère rêva qu'elle enfantait un brandon enflammé. Aesacos, fils de Priam et de la nymphe Alexirrhoé, qui était devin, expliqua le sens de ce rêve en prédi-sant la ruine future de Troie, par la faute de l’enfant qu’elle por-tait.

Redoutant ce mauvais présage, Hécube et Priam firent exposer Pâris sur le mont Ida. Quelques jours plus tard le berger Agélaos qui l'avait conduit dans la montagne le retrouva bien vivant, allaité par une ourse. Il le recueillit et l’éleva comme son propre fils.

Pâris grandit et devint un beau et fort jeune homme qui défen-dait les troupeaux et les autres bergers contre les voleurs et les loups. C’est à cette époque qu’on le surnomma Alexandre.

Il épousa la nymphe Oenone, fille du fleuve Cébren, qui était capable de prévoir l’avenir et avait la réputation d'être une femme d’une grande sagesse et une guérisseuse réputée. Comme tous les amoureux, Pâris lui promit un amour éternel. Mais elle lui prédit qu'un jour il s'enfuirait avec une très belle femme et qu'il participerait à une terrible guerre où il serait blessé et que personne, sauf elle, ne saurait le guérir.

Donc, pendant qu’il faisait la sieste et que ses moutons brou-taient le gazon du Mont Ida, il fut réveillé par un doux babil. Trois dames penchées sur lui le regardaient en discutant, ou dis-cutaient en le regardant.

Les trois déesses étaient devant lui, parées de leur seule nudi-té, sauf Athéna, toujours pudique, et chacune y alla de son dis-cours électoral pour orienter le choix du votant.

- Moi Héra, épouse de Zeus, déesse du mariage, je te promets la souveraineté sur l’Asie et l’Europe, dit Héra. Tu seras Roi du Monde si tu dis que je suis la plus belle.

- Moi, je suis Athéna, petit berger. C’est moi la déesse de la sagesse. Si tu dis que je suis la plus belle, je te donnerais la gloire éternelle des guerriers. Tu seras reconnu comme le plus grand combattant de l’histoire et ton nom sera à jamais honoré.

- Beau jeune homme, dit Aphrodite. Je suis la déesse de l’Amour, je peux te rendre irrésistible et tu pourras avoir dans tes bras la plus belle des mortelles. Foi d’Aphrodite. Dis seulement que je suis la plus belle et j’exaucerai cette pro-messe.

Le jugement de Pâris

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents